Genève Tourisme
fr

Selection des restaurants

Rasoi by Vineet, Inde


Quai Turrettini 1  |  1201 Genève
Hôtel Mandarin Oriental, Geneva
022 909 00 00
Site web

Né en 1985 dans la ville de Tirupattur située dans la province du Tamilnadu dans le sud du pays, Baskar Chakravarthy a récemment repris le rôle de chef de cuisine du Rasoi by Vineet au Mandarin Oriental, Geneva.

Après avoir effectué ses études d’hôtellerie et management, Baskar commence sa carrière chez TAJ Hôtel Group à Bangalore, où il perfectionne son talent durant quatre ans. En 2008, il participe à l’ouverture du Rasoi by Vineet à Genève et intègre ensuite l’équipe du Mandarin Oriental à Las Vegas.

Il revient à Genève en 2011 au Rasoi by Vineet comme sous-chef, avant s’envoler vers Dubaï pour reprendre le rang de chef de cuisine de la célèbre Ashiana by Vineet au Creek Hôtel Sheraton.

La cuisine de Baskar s’inscrit dans la plus pure tradition du chef Vineet et s’inspire des plus grands chefs indiens qu’il a côtoyés. Baskar s’applique à faire ressortir les saveurs naturelles et authentiques de la gastronomie indienne.

Indiscutablement, le talent du jeune chef Baskar donne les moyens au Rasoi by Vineet de raccrocher une étoile à son palmarès gastronomique.

Le Rasoi by Vineet propose une cuisine innovante interprétant à merveille la tradition culinaire indienne. La patte du nouveau chef se ressent dans son ambition de transcender les saveurs délicates et intrigantes de la gastronomie indienne.

Le décor du restaurant paré de nuances rouge et noire est d’une rare élégance. Le grand four tandoor en granit vous accueille fièrement à l’entrée du restaurant. Le délicat parfum des nans annonce la couleur. Votre estomac est d’ores et déjà en plein émoi.

Les sièges en cuir sont eux d’un confort indescriptible. Sans parler de la qualité du service qui vous accompagne discrètement durant la soirée pour une expérience hors du commun.

Finalement, l’Inde n’est pas si éloignée de Genève.

  • Tandoori de saumon fumé, dorade à la tomate séchée et aux olives en feuille de bananier
  • Beignet de crabe, noix de saint-jacques au « gunpowder »
  • Croustillant de noix de saint-jacques, volaille aux trois moutardes
  • Seekh kebab d’agneau, chutney de crabe
  • Homard grilléaux épices,risotto khichdi au brocoli-gingembre poudre de cacao
  • Gambas marinées aux herbes, pomme de terre et riz pressé, aumônière de pickles potli
  • Tandoori de volaille aux amandes grillées, sauce au poivre noir
  • Tandoori de porc en mijoté, risotto d’épeautre, sauce Vindaloo
  • Panna cotta de saumon « chaat » de crabe
  • Tikka de volaille à la noix de coco riz au beurre et coriandre
  • Tandoori d’agneau en fumée purée de pomme de terre à la moutarde
50% sur l’addition pour une table de deux personnes lors de votre première visite (hors boisson).
A la réservation, veuillez mentionner votre adhésion à Eat the World.

Patara Fine Thai Cuisine, Thailande


Quai du Mont-Blanc 13  |  1201 Genève
022 731 55 66
Site web

Monsieur Pascal Brault reprend la direction du Patara Fine Thai Cuisine au sein de l’Hôtel Beau-Rivage en septembre 2014 après plusieurs années passées à la direction du restaurant étoilé du Chat Botté. Il possède des liens personnels forts avec la Thaïlande puisque son épouse est d’origine Thaïlandaise.

Née à Kalasin à la frontière du Laos dans le nord-est de la Thaïlande, la chef Madame Noradee Jumnong est arrivée en 2014 à Genève. Elle fait honneur à la réputation de la Thaïlande par son sourire, sa pudeur et sa fierté. Sa cuisine est créative, savoureuse et authentique.

La Thaïlande de son cœur s’exprime à chacune des bouchées pour notre plus grand bonheur !

La salle du restaurant du Patara se présente à vous dans son écrin coloré, lumineux et chaleureux. L’équipe est élégante, chaleureuse et opère sous la direction avisée de Monsieur Pascal Brault.

L’alchimie un établissement hôtelier supérieur genevois et les saveurs de Thaïlande est parfaitement réussie. Une expérience gastronomique au Patara, c’est un voyage garanti au pays au sourire !

  • Salade de mangue verte et crabe croustillant à carapace molle, sel au piment.
  • Riz sauté au crabe.
  • Suprême de poulet fermier au curry vert et basilic doux.
  • Mangue de Thaïlande parfumée et riz glutineux au lait de coco.
  • Cigales de mer et noix de Saint-Jacques poêlées au curry vert.
  • Crevettes géantes sauvages au curry rouge et ananas frais.
  • Bar entier frit aux 3 sauces mangue verte, citronnelle,tamarin.
50% sur l’addition pour une table de deux personnes lors de votre première visite (hors boisson).
A la réservation, veuillez mentionner votre adhésion à Eat the World.

Kutchi, Afghanistan


325 route de Lausanne  |  1293 Bellevue
022 774 01 00
Site web

Né en 1950 à Kaboul, Hadi Soukour possède un parcours de vie exceptionnel. Après ses études en économie et en diplomatie, Hadi se voit confié le poste prestigieux de chef du protocole des affaires étrangères de son pays. Fuyant la guerre, Hadi et sa famille arrivent à Genève en 1990.

Sa force de caractère lui permet de dépasser les épreuves de la vie. Sa première idée sera de créer l’entreprise « Le monde chez vous ». Premier service de livraison à domicile de cuisines du monde à Genève. Un succès immédiat relayé dans toute la presse helvétique. En 1999, il crée le premier restaurant Afghan à Genève qui sera pour Hadi un moyen de renouer des liens avec son pays d’origine.  Il devient alors le représentant de la tradition culinaire afghane à Genève. Preuve que l’histoire vous rattrape toujours. Puis en 2002, il ouvre le petit Kutchi à La Praille avec le succès qu’on lui connaît.

Ses fils diplômés des plus grandes écoles, sa femme à ses côtés, Hadi est aujourd’hui un homme serein, accompli et heureux.

La cuisine afghane s’inspire des pays voisins comme la Chine, l’Inde, l’Iran et l’Asie centrale. L’Inde pour les épices, la Chine pour les pâtes et les raviolis, et enfin l’Iran pour le safran et les pistaches. L’élégance et la finesse de la culture afghane se retrouvent dans les saveurs de sa cuisine. Le riz basmati est l’élément de base le plus souvent associé à de la viande d’agneau ou de poulet. En Afghanistan, on juge paraît-il le niveau culturelle d’une famille par la qualité de son riz pilaf kabouli. Hadi veille donc à son riz, croyez-nous.

Les deux salles du restaurant illustrent bien l’esprit du propriétaire. Hadi n’impose jamais, il propose seulement. La première salle est décorée traditionnellement avec beaucoup de soins. Le dépaysement est ainsi assuré. La deuxième s’inscrit plus dans un esprit moderne avec quelques rappels de la culture afghane comme ces costumes traditionnels « chapan » ou ces lumières élégantes en forme de soleil.

Le restaurant Kutchi est une expérience, une merveille, une découverte et puisque vous êtes attendu par l’ambassadeur, ne tardez pas à réserver !

  • Banjon Borani : aubergines grillées
  • Mantou : raviolis farcis à la viande de bœuf
  • Quabouli Palaw : riz basmati préparé dans la vapeur de bouillon finement épicé
  • Tchalaw : riz basmati au safran
  • Sabzi laïdam : riz aux épinards
  • Kofta : boulettes de viande hachée de bœuf et agneau, avec une sauce de pruneaux et pois chiches
  • Lawand : poulet au curry
  • Korma Matar : viande hachée de bœuf et petits pois
  • Dou-Piaza : morceaux d’agneau et friture d’oignons servis avec des nân afghans

50% sur l’addition pour une table de deux personnes lors de votre première visite (hors boisson).

A la réservation, veuillez mentionner votre adhésion à Eat the World.

Kha Tha Thai, Thaïlande


Rue des Eaux-Vives 94  |  1207 Genève
022 736 98 28

Kosol Phutthasa est né en 1965 dans la province de Chaiyaphum dans le village Khatha. Sa famille vit modestement dans la ferme familiale. Observant que le village ne dispose pas d’électricité, le jeune Kosol se lance dans une formation d’électricien et exercera ensuite son métier à Bangkok durant 3 ans.

La gastronomie ne serait-elle pas un meilleur moyen de s’assurer de bons repas et de mieux gagner sa vie ? Sans formation particulière, il apprend le métier au contact des meilleurs chefs de la capitale.

Son talent le conduit en Afrique du Sud. Fort de son succès, il fera ensuite l’ouverture de plusieurs restaurants de renom à Bruxelles, Londres, Paris et enfin à Lyon. Kosol rencontrera son épouse Kong, originaire du Laos, à Paris en 1999. En 2007, le couple arrive à Genève pour une première expérienc au Patara, puis au Na Village pour enfin ouvrir, en 2013, leur propre restaurant le Kha Tha Thai.

Et comme le succès sourit toujours aux audacieux, il se pourrait bien que le soleil continue de briller pour la famille Phutthasa.

Une cuisine fine, des produits frais, une hospitalité sincère, des prix abordables et un service bienveillant sont les clés du succès de cet établissement.

La cuisine de Kosol est précise, savoureuse et délicate. Comme une symphonie parfaitement maitrisée, chaque ingrédient des compositions tient leur rôle pour aboutir à un plaisir sensoriel complet.

Les tables sont décorées avec goûts et parées de couleurs locales. Le voile étoilé hissé au dessus des tables vient rappeler l’ambiance nocturne de places villageoises de Thailande. Pour ceux qui pensaient tout connaître de la cuisine thaïlandaise, et bien, un voyage gastronomique au Kah Tha Thai s’impose.

  • Ravolis aux crevettes cuits à la vapeur
  • Salade de Papaye (papaye et citron vert)
  • Tom Yae Jae (bouillon épicé aux légumes,  citronnelle et tofu)
  • Rouleaux d’été (rouleaux aux légumes, avocat et sauce tamarin)
  • Bamboo Fish (filet de bar mariné aux herbes thaï)
  • Bœuf namtock (bœuf mariné puis grillé, sauce piquante)
  • Pad thai aux gambas (nouilles sautées, gambas et cacahouètes)
  • Bœuf panang (bœuf relvé au curry panang)
  • Gambas chu-chui (curry chu-chi et lait de coco)
50% sur l’addition pour une table de deux personnes lors de votre première visite (hors boisson).
A la réservation, veuillez mentionner votre adhésion à Eat the World.

Chez Fouad, Liban


7, avenue Pictet-de-Rochemont  |  1207 Genève
022 700 99 68
Site web

Né en 1965, dans le sud du Liban à El Kfour, Fouad est issu d’une famille d’agriculteur. Son papa, homme de la terre lui a enseigné les valeurs du travail et du respect. Le jeune Fouad avait pour habitude de courir dans le jardin familial orné de magnifiques figuiers, citronniers et grenadiers. Son cousin, grand chef de cuisine, et sa maman lui ont donné goût à ce métier.

Il arrive à Genève en 1996 à l’Hôtel Président Wilson où il tiendra les rennes de la cuisine du restaurant libanais l’Arabesque, et ce jusqu’en 2000. Il y rencontrera sa rayonnante épouse Martine Puis, il reprendra les commandes du restaurant du Gentil Homme du Richemond. En 2007, le couple crée leur service traiteur et puis en 2015, devant l’insistance de leurs amis, il ouvre le restaurant Chez Fouad à la rue Pictet-de-Rochemont.

Fouad possède ce sens inné de l’hospitalité. Lorsque Fouad vous regarde dans les yeux, c’est le soleil qui vous enlace littéralement. Perfectionniste, respectueux et fier, Fouad est un papa et un mari heureux. Il ne cesse de répéter que leur succès tient au lien inébranlable avec Martine qui l’accompagne avec talent dans la gestion du restaurant et du traiteur. Par son esprit résolument chaleureux, le nom du restaurant ne pouvait pas être autrement : Chez Fouad, vous n’êtes pas des clients mais des amis.

Quel privilège de s’asseoir à une table Chez Fouad. Que vous soyez en amoureux, entre amis ou en famille, vous êtes chaleureusement les bienvenus. La fierté du Chef de représenter le Liban à Genève se ressent dans chacune de ses créations.

Dans la cuisine de Fouad, il y cette magie d’allier la simplicité et l’exception. La fraicheur et encore la fraicheur, véritable obsession de la maison. Le résultat est détonnant de couleurs et de saveurs. La délicate porcelaine, les fleurs découpées, le parquet naturel et les lustres en cristal, viennent participer à l’expérience gastronomique.

Il ne vous reste qu’à attendre la visite du Chef à votre table pour ponctuer ce moment délicieux qui ne manquera certainement pas de marquer votre cœur et votre esprit.

  • Salade Fattouche (salade romaine, tomates, persil, concombres, radis, menthe fraîche, sumac, pain grillé, huile d'olive, vinaigre)
  • Kebbe Naye (viande d'agneau crue, blé concassé, oignons, menthe et épices libanaises douces)
  • Chanckliche (fromage de brebis, thym, tomates, persil, oignons, huile d'olive)
  • Kellege grillé (pain libanais grillé, farci de fromage halloumi, tomates, menthe)
  • Arayess (Pain libanais grillé, farci de viande d'agneau haché, persil, oignons, pignons)
  • Hommos Lahmé (hommos avec viande d'agneau sautée, pignons)
  • Chiche Taouck (brochettes de poulet marine au citron, ail, huile)
  • Kafta grillé (brochettes de viande hachée, persil, oignons, épices)
  • Katayef Kachta (crêpes libanaises farcies, crème kachta)
  • Mouhalabieh (flan libanais parfumé à l'eau de rose et fleur d'oranger)
50% sur l’addition pour une table de deux personnes lors de votre première visite (hors boisson).
A la réservation, veuillez mentionner votre adhésion à Eat the World

Nagomi, Japon


Rue de Zurich 47  |  1201 Genève
022 732 38 28

Né en 1962 à Ikeda dans l’archipel d’Hokkaïdo au nord du Japon, Masahiko Numabukuro quitte très jeune son pays pour le vieux continent où il rencontre son mentor Monsieur Uchino, précurseur de la cuisine japonaise à Genève. Masahiko devient alors le disciple talentueux du grand maître.  En 2005, le restaurant Nagomi voit le jour sous la responsabilité de Masahiko. Ce lieu devient rapidement incontournable pour les sushis réputés comme les meilleurs de la ville.

Kenta, né à Genève en 1992 et fils de Masahiko, a récemment ouvert le Nagomi Tempura, la seule adresse à Genève et même en Europe entièrement dédié à l’art subtil du Tempura. Kenta est le digne descendant de la tradition culinaire familiale. Avec un grand-père réputé au Japon pour sa cuisine française et un père au talent indiscutable, le chemin de Kenta était tout tracé. Après des études dans une école de cuisine à Tokyo et une expérience riche au Nainiwa, l’un des meilleurs restaurants à Tokyo, il revient à Genève avec l’ambition de faire découvrir aux genevois cette spécialité japonaise qui remonte au 17ème siècle.

Le restaurant Nagomi propose deux espaces. L’un tenu par le papa, Masahiko qui compose les sushis et l’autre tenu par le fils, Kenta qui propose la cuisine tempura.

Avec tout le respect pour les délicieux sushis de Masahiko, notre curiosité s’attarde sur la cuisine tempura de Kenta. Ce dernier office derrière son comptoir boisé dans la préparation minutieuse des aliments luxueux comme ces crevettes du nord du japon, ces noix de st-jacques translucides ou encore ces huîtres de Normandie.

La cuisine tempura exige une parfaite maîtrise des températures des huiles dans lesquels sont plongés les aliments. Le temps de cuisson est déterminant dans la qualité des mets. Le défi du chef est de préserver le goût et la texture de l’aliment tout en le sublimant par le croustillant de la de la pâte frit.

Les deux chefs vouent un profond respect aux produits qui proviennent pour la plupart, de la terre d’origine de la famille, où les mers sont froides, idéales pour les crustacées, et les terres fertiles pour les légumes.

Le talent du papa associé à la passion du fils élève indiscutablement cette adresse au rang du meilleur représentant culinaire du Japon à Genève.

  • Tempuras traditionnels servis à la minute
  • Sushis & Sashimis servis à la commande
  • Sushis aux “Natto” (haricots fermentés)
  • Agedashidofu (tofu frit)
  • Yakitori (brochettes de poulet)
  • St-Jaques du Japon, Oursins et Huitres
50% sur l’addition pour une table de deux personnes lors de votre première visite (hors boisson).

L'établissement n'accepte pas les cartes de crédit ou débit direct.
A la réservation, veuillez mentionner votre adhésion à Eat the World et dans quelle partie du restaurant vous désirez vous restaurer (Sushi ou Tempura).

La Cocina, Argentine


58, rue de St-Jean  |  1203 Genève
022 345 07 03
Site web

Né en 1983 à Trelew, Martin est le plus jeune des cinq frères de la famille Perez-Toscani. Martin a appris son métier de cuisiner dans la capitale argentine tandis que Mathias, né en 1978 à Plata dans la province de Bueos Aires, a suivi des études de communication et de tourisme.

La famille Perez-Toscani aime voyager et découvrir des nouveaux horizons. La famille a longtemps vécu en Patagonie sur la Péninsule Valdès, haut lieu naturel du patrimoine mondial. A la maison, la grand-mère était aux fourneaux lesquels n’arrêtaient jamais de tourner. La famille Perez-Toscani avait pour habitude de confectionner ses propres conserves de tomates, de sauces et d’acheter son bœuf pour satisfaire l’appétit de la grande fratrie.

Martin et Mathias apportent à Genève leur culture basée le sens de l’hospitalité, du partage et de l’ouverture d’esprit. Lorsque Martin confectionne ses plats, c’est son cœur qui parle à la viande. A la fin de la cuisson, il l’a saupoudre délicatement de flocons de sel comme pour terminer son tableau à la Picasso.

Martin et Mathias attachent un intérêt particulier à l’esthétisme. Dans chacune de leurs réalisations, aussi bien dans la cuisine que dans l’aménagement du restaurant, ils recherchent un équilibre et une harmonie. La terrasse extérieure qui donne sur le Rhône est une petite merveille.

Rien n’est laissé au hasard dans le choix de leur viande. Les bœufs sont élevés dans la province de Santa Fee et de San Luis dans le nord-est du pays. Des noms évocateurs de races telles que les Aberdeen Angus et Hereford. Mathias et sa culture du vin, saura dégoter le meilleur nectar pour accompagner votre viande.

La Cocina, c’est également une manière de partager son repas entre amis ou en amoureux. Quel moment poétique d’entendre crépiter la viande sur le feu tout en appréciant un verre de Malbec. Vous vous n’êtes pas trompés le paradis, c’est par ici !

  • Fines tranches d'aubergines au miel de canne à sucre et ricotta
  • Empanada de carne : viande de bœuf coupée au couteau
  • Empanada caprese : tomate, basilic et mozzarella de Genève
  • Provoleta Portena : provolone grillé au four, jeunes pousses, tomates échées, olives et câpres
  • Milanesa napolitana : escalope de bœuf d'argentine, sauce tomate, mozzarella et jambon
  • Ancho : côté de bœuf désosse (400 ou 500 ou 800 gr)
  • Lomo : filet (200 ou 400gr)
  • Angosto : entrecôte - faux filet de bœuf (300 ou 400 ou 600gr)
  • Épaule d'agneau grillée style Pantagonia
  • Flan dulce de leche et double crème de gruyère
  • Vijilante de membrillo : fromage frais et pâte de coing
50% sur l’addition pour une table de deux personnes lors de votre première visite (hors boisson).
A la réservation, veuillez mentionner votre adhésion à Eat the World.

El Ruedo, Espagne


Rue de Fribourg 12  |  1201 Genève
022 732 65 08
Site web

Né en 1956 dans la ville de Orense en Galice située dans le nord-ouest de l’Espagne, Javier Gonzalez est le patron de l’institution espagnole El Ruedo depuis 1999. Sa passion et son goût pour la cuisine lui ont été transmis par sa grand-maman a qui, il lui prêtait volontiers son talent pour concocter les repas familiaux. Javier se souvient encore des parfums, des épices et saveurs qui se répandaient avec légèreté à travers la maison familiale.

A l’époque, le choix des études était une question d’opportunités. Le petit Javier se fait embarquer alors dans une formation professionnelle de mécanicien qui heureusement se transforma en formation de pâtissier. Javier tente ensuite sa chance à l’étranger et arrive à Genève en 1978, à l’âge de 22 ans, au restaurant de la Nasse. Puis, il pose ses couteaux au restaurant de la Belotte à Cologny et enfin à l’Arquebuse où il rencontre son épouse Marie-José à l’humour piquant et subtile. De leur union, viendront au monde deux enfants, Melissa et Xavier. Le couple reprend le restaurant El Ruedo en 1999. Depuis, Javier, le toréador au regard pétillant, offre le meilleur de son talent à chacun de ses clients. Olé, y que te aproveche !

Pousser les portes de l’établissement El Ruedo, c’est comme entrer dans l’histoire. Les fresques au mur de tauromachie, l’ambiance populaire, l’odeur des calamarettis grillés, vous transportent dans les ramblas espagnoles un soir d’été. Les personnes préférant les conversations passionnées resteront au rez du restaurant et pour celles qui souhaiteraient un cadre plus intimiste elles prendront place dans la salle du premier étage.

La fierté gastronomique du patron sont les riz de la maison. Paella, riz à l’encre de seiche, riz à la valenciennes ou cassolette de riz et pouple. Ou alors, pourquoi pas se laisser tenter par la cuisine galicienne, plus mijotée que sa cousine valencienne. Les amateurs de cuisine traditionnelle espagnole et galicienne seront aux anges. Que dire du talent du jeune sommelier de la maison, le fils, Xavier, qui connaît sur le bout des doigts sa carte des meilleurs nectars ibériques qui accompagneront divinement bien votre repas. Sans oublier le service de Marie-Josée, dynamique, efficace et disponible qui d’un coup de cuillère magique prépare votre poisson d’une habileté toute féminine.

On aime ce restaurant pour sa simplicité, sa convivialité et son esprit décontracté. La famille Gonzalez, une histoire de passion et de goûts.

  • Coquilles St-Jacques gratinée
  • Pouple à la Galicienne
  • Pouple grillé
  • Calamarettis grillés
  • Morue à la Galicienne
  • Zarzuela « El Ruedo »
  • Riz à l’encre de Seiche
  • Paella aux Fruits de Mer
  • Palourdes aux Haricots Blancs
  • Crema «catalana»
  • Flan au caramel
50% sur l’addition pour une table de deux personnes lors de votre première visite (hors boisson).
A la réservation, veuillez mentionner votre adhésion à Eat the World.

Il Salento, Italie


Rue du Grand-Bureau 6  |  1227 Les Acacias
022 300 60 50
Site web

Né en 1968 dans la ville de Putignano au sud des Pouilles, Gianni Intini est un homme modeste, respectueux et passionné. Ses qualités sont la trempe des grands hommes qui s’impliquent dans leur travail, sans compter, pour le bonheur et le plaisir des gens. Il découvre sa passion pour la cuisine très tôt à l’âge de 14 ans à l’école hôtelière de Castellana Grotte dans la province de Bari. Ses mentors repérèrent rapidement son talent et sa connaissance des produits.

Diplôme en poche, il postule dans le restaurant Fontanina à Puglia et réussit avec brio sa première expérience. Et puis, son rêve d’enfance se réalise enfin, celui de monter à Milan pour exercer son talent dans la capitale Lombarde. Après cette belle expérience milanaise et ses nombreuses destinations à travers le monde, Gianni se voit proposer en 1999, un poste dans l’établissement italien réputé à Genève Valentino où il rencontrera son épouse Nadia.

Son frère cadet Massimo, né en 1979, le rejoindra en 2007 à la Casa Italia après avoir passé 4 ans à Londres. Et puis, en 2010, ironie de l’histoire, leur région d’origine les rattrape, les deux frères reprennent le restaurant Il Salento à Carouge.

Gianni et Massimo font chanter les plus beaux produits du sud de l’Italie et danser les meilleurs nectars transalpins. Benvenuti in Salento e buon appetito !

Le soleil, la famille, les olives, les poissons, les pâtes et surtout l’amour. Voilà en quelques mots, les éléments qui caractérisent cette très belle adresse italienne à Carouge. Il Salento s’est forgé une réputation à la hauteur de la passion et du talent qui habitent les deux frères Intini, Massimo et Gianni.

On aime ce restaurant pour sa simplicité, sa générosité et sa sincérité. La cuisine de Gianni est pourtant complexe dans sa quête d’excellence et d’association des saveurs. Et puis en salle,  il y a Massimo et Mario, qui présentent merveilleusement bien les spécialités de la casa avec l’incomparable charme italien.

L’évocation des noms des vins italiens résonne comme une invitation au voyage. Alors, lorsque votre plat se dresse devant vous, votre esprit n’est déjà plus à Genève mais bien dans la région du Salento qui vient d’ailleurs d’être élue la plus belle destination d’Europe.

A n’en pas douter, Gianni et Massimo sont certainement les plus dignes représentants de la tradition culinaire de cette fantastique région.

  • Burrata delle Puglie rucola e pomodori  (mozzarella burrata, roquette et tomates
  • Brochette di seppie e quenelle di melanzane al rosmarino (brochette de sèches, quenelles d'aubergines et romarin)
  • Straccetti di branzino e carciofi marinati (fines tranches de bar marinées au basilic et artichauts)
  • Linguine ai frutti di mare (tomates, calamars, langoustines, crevettes, moules et palourdes)
  • Sagne salentine con braciola e pecorino (sauce tomate, papillottes de veau et pecorino)
  • Misto pesce al cartoccio (variété de poissons en papillote)
50% sur l’addition pour une table de deux personnes lors de votre première visite (hors boisson).
A la réservation, veuillez mentionner votre adhésion à Eat the World.

Café du Marché, France


4, place du Marché  |  1227 Carouge
022 301 26 47
Site web

Né en 1959 à Sète, ville de Georges Brassens, Thierry Minguez débute à 14 ans un apprentissage de cuisinier au Terminus à Quillan dans le sud-ouest. Son chef d’apprentissage, pas toujours commode avec lui, saura le guider et révéler ses qualités pour ce métier.

Des mains en or, un sens créatif hors du commun et un amour pour les gens inépuisable, Thierry a trouvé sa voie professionnelle. Quand on lui pose la question pourquoi a-t-il choisi ce métier, il répond tout naturellement : pour le plaisir de faire plaisir !

Il arrive à Genève en 1992 à la brasserie Lipp, puis s’installe au Port Gitana et ensuite au Moulin des Evaux. En 2001, Thierry reprend les cuisines du Café des Négociants jusqu’en 2008 pour finalement ouvrir le Café du Marché à Carouge.

Bien dans sa toque et dans sa tête, Thierry savoure le temps et les rencontres avec les gens. Chaque jour, il crée, imagine, élabore de nouvelles des recettes pour régaler ses convives.

Vous rêviez de vivre l’accueil chantant du sud, alors courrez au Café du Marché pour une expérience gastronomique pour le moins passionnante. Vous entendrez alors chantonner et siffloter en cuisine un air du sud bien connu : « Sète, la plus belle ville du monde » !

Le Café du Marché est une véritable institution à Carouge. Marilyn et Pierre-Alain Brodard ont redonné à ce lieu mythique son lustre d’antan. Le Café vit au rythme du marché et des nombreux événements populaires de la vie carougeoise.

Ici, les murs vous parlent de poésie, d’histoire et de terroir. Les pavés au sol quant à eux vous rappellent les ruelles de la petite ville sarde. Quel bonheur cette ambiance de bistrot et son agitation naturelle. Au Café du Marché, on prend soin de perpétrer cette tradition populaire sans négliger la qualité du service.

Et lorsque vous apprenez que Thierry est en cuisine, alors là, soyez assurés de passer une soirée riche et colorée.

  • Saint-Jacques en croûte aux olives noires
  • Maquereaux rôti, brunoise croquante de fenouil, grenade et basilic
  • Dorade royale grillée sur peau, tapenade d'olives
  • Nage de Saint-Jacques aux senteurs coco citronnelle, matouille de légumes, riz de l'Himalaya
  • Poisson sauvage cuit sur écailles, étuvée de palourdes et de tomates cherry
  • Filet de courbine de Méditerranée à la réglisse sauvage
  • Moules farcies sètoise
  • Bar à la grille à l’huile de chorizo
  • Calamars aux artichauts bretons
  • Tatin de courge aux pistaches et pommes au miel
  • Tarte feuilletée pomme cannelle et glace vanille
La carte du Chef évolue au gré des saisons et selon les caprices de l’eau
50% sur l’addition pour une table de deux personnes lors de votre première visite (hors boisson).
A la réservation, veuillez mentionner votre adhésion à Eat the World.

Café du Levant, France


Rue du Vieux-Four 53  |  1288 Aire-la-Ville
022 757 71 50
Site web

Née en 1963, originaire de Chinon dans le Val de Loire, Stéphane Taffonneau débute par un apprentissage dans le restaurant étoilé du Cheval Rouge. Il arrive à Genève en 1985 où ses qualités professionnelles lui permettent d’accéder au statut de second à l’Hostellerie de la Vendée. Au départ du Chef, la place lui est confiée avec comme mission de maintenir l’étoile au michelin. Mission réussie pour Stéphane.

Ce dernier reprend en juillet 2008 le Café du Levant à Aire-la-Ville. Il le pense, le conçoit et l’aménage à soin goût et à sa vision. Son talent naturel lui vient de sa Grand-Mère Lucie qui cuisinait à merveille, entre autre, un fameux filet de bœuf sauce madère. A cette époque, le petit Stéphane avait pour habitude de confectionner chaque dimanche un biscuit de Savoie au lait cru produit issu d’une ferme de son village. Stéphane garde un souvenir ému de son enfance passée dans la ferme familiale entouré par ses nombreux animaux.

Stéphane est devenu depuis, un chef reconnu par ses paires au point d’officier également comme vice-conseiller culinaire auprès de la prestigieuse chaîne suisse des rôtisseurs pour le canton de Genève. A noter que la chaîne des Rôtisseurs est la plus importante association gastronomique dans le monde, présente dans plus de 80 pays.

 

Le Café du Levant est un charmant restaurant de campagne, situé dans le cadre bucolique du village d'Aire-la-Ville, à proximité de Satigny. La décoration du lieu est soignée, fleurie et lumineuse. Les clients qui recherchent une ambiance lumineuse choisiront assurément la très belle véranda et les autres s’assiéront dans la salle plus confinée du restaurant. L’accueil du personnel est attentionné et disponible ce qui confère au lieu une atmosphère détendue et élégante à la fois.

L’été, la terrasse s’ouvre à vous pour apprécier le charme de la campagne genevoise tout en se délectant d’un repas qui s’inscrit dans la pure tradition française. La carte est volontairement réduite pour faire part belle aux produits frais. Celle-ci est renouvelée toutes les six semaines au gré des saisons et de l’inspiration du Chef. Ce dernier se fixe pour mission de séduire les plus fins gourmets par des saveurs précises, des textures surprenantes et par une sélection exigeante des produits.

A la carte des vins figure évidemment les meilleurs crus genevois associés à une sélection de crus de la région de la Loire. Le beau-frère de Stéphane lui fournit d’ailleurs quelques superbes nectars bios de cette fantastique région. A découvrir absolument.

  • Gratin d’huitres de chez Mr Viaud
  • Pavé de cabillaud Skrei de Norvège à l’unilatéral
  • Noix de Saint-Jacques à la nage
  • Suprême de pintade, jus à la sauge « Cuisson basse température »
  • Pièce de veau de Presinge, sauce Périgueux
  • Sablé breton aux oranges Tarocco
  • Gâteau Sainte-Lucie au Chocolat
  • Moelleux au chocolat noir Kayambé
50% sur l’addition pour une table de deux personnes lors de votre première visite (hors boisson).
A la réservation, veuillez mentionner votre adhésion à Eat the World.

Le Portugais, Portugal


Blv du Pont d'Arve 59  |  1205 Genève
022 329 40 98
Site web

Né à Genève en 1967, Fernando Martins reprend en 1994 avec son épouse Antonina le restaurant de ses parents, le bien nommé Le Portugais. Cet établissement ouvre ses portes en 1973 et établit rapidement une solide réputation à Genève. Il est à noter que Le Portugais a été notamment le premier restaurant lusitanien à ouvrir en Suisse.

La maman de Fernando, Setura, s’activait en cuisine pendant que le papa, José, lui opérait en salle pour le service.  Depuis les choses ont un peu évolué, puisque c’est Antonina qui s’occupe du service pendant que Fernando concocte ses meilleurs plats en cuisine.

Fernando fait ses premières gammes en cuisine à l’âge de 12 ans lorsqu’il s’éprend de passion pour d’imposants livres de cuisine rangés dans la bibliothèque qu’il considère comme des vieux recueils de sorcellerie. Sa maman eut la bonne idée de laisser son fils élaborer des recettes qui lui confirmeront sa passion pour l’art de la cuisine.

Fernando débute un apprentissage en 1984 à l’Hôtel du Rhône au restaurant étoilé le Neptune. Il complètera sa formation par les cours de cafetiers. Doté de solides connaissances et d’expériences, Fernando et Antonina reprendront le restaurant familial. La carte du restaurant évolue vers plus de finesse tout en gardant l’esprit du grand large et ses poissons sauvages.  La cuisson des poissons est la véritable obsession de Fernando. « La cuisson est le secret» vous confira d’ailleurs le maître alchimiste de la maison.

 

L’ambiance du lieu tient à l’élégance de la décoration et à la qualité du service.  Des murs à la couleur taupe, aux nappes précisément dressées, aux petits bouquets de fleurs du jardin composés par Antonina, au serveur en tunique noir et finalement à la vielle armoire du siècle dernier. Ce lieu est un mariage réussi entre la tradition portugaise et un design résolument moderne, lumineux et épuré.

Et que dire de cette belle musique portugaise qui vous transporte et rythme agréablement votre repas. Une attention particulière est également portée à la présentation de la carte tant sur le plan graphique que gustatif. A lire les intitulés, vos papilles en salivent déjà…

Antonina est là pour vous guider à travers les propositions. Par contre, n’ayez aucune crainte dans votre choix, quelque soit votre composition de repas, elle sera de toute les manières délicieuse. Le Bacalhau, décliné en différentes versions, fait bien entendu partie des plats vedettes, tout comme les poulpes et les calamars.

Décidément à cette adresse, pas d’esbroufe, mais des goûts affirmés et authentiques. Une adresse incontournable pour les amateurs de poissons, de fruits de mer et pour les amoureux du Portugal.

 
  • Salade de poulpe à la vinaigrette
  • Croquettes de morue
  • Panachage de coquillages cuisinés à la minute
  • Morue grillée
  • Poulpe poché au court-bouillon
  • Tripes de bœuf et cochonnaille mijotées aux haricots blancs
  • Poire pochée au Porto et aux épices
  • Jaunes d’œufs cuits au Porto et arrosés au Porto Blanc
  • Molotofe (gâteau portugais)
50% sur l’addition pour une table de deux personnes lors de votre première visite (hors boisson). Un supplément de 20.- sur l’addition finale, après réduction, sera demandé aux clients qui ont commandé un poisson à partager.
A la réservation, veuillez mentionner votre adhésion à Eat the World.

Pachacamac, Pérou


11, rue Voltaire  |  1201 Genève
022 735 76 15
Site web

Née en 1960 à Lima dans une fratrie de 9 enfants, Cecilia Zapata est une chef autodidacte passionnée qui aime faire voyager les papilles de ses hôtes. Elle puise son inspiration dans ses souvenirs d’adolescente et notamment de l’atmosphère paisible du restaurant familial « Mini camping don Lucio » dans le village Pachacamac.

Après des études de comptabilité effectuées au Pérou, Cécilia rejoint ses sœurs en 2004 à Genève. Souvent sollicitée pour préparer des plats typiques péruviens, elle décide alors d’ouvrir son restaurant le « Pachacamac » dans le quartier des Eaux-Vives qui déménagera ensuite à la rue Voltaire en 2013.

La cuisine savoureuse de Cécilia est un hommage permanent à ses parents. Soucieuse de faire évoluer son art, Cecilia se forme régulièrement auprès des plus grands chefs péruviens. Elle affectionne tout particulièrement la cuisine fusion qui associe les saveurs du Japon ou de la Chine avec celles de sa terre natale.

 

Le restaurant du Pachacamac est une œuvre artistique familiale. Lorsque Cecilia compose ses plats en cuisine, s’est Oskar, le frère, qui décore la salle avec beaucoup d’élégance. Le Pachacamac qui vient de faire son entrée dans le guide Gault et Millau est le premier restaurant péruvien gastronomique de Genève.

La gastronomie péruvienne est devenue au grée des années l’une des plus réputées au monde.  Elle puise son origine dans des racines indigènes millénaires et dans les flux migratoires qu’a connus le Pérou.

Cecila et sa brigade se sont donnés pour mission de perpétuer la tradition culinaire du Pérou tout en y associant de nouvelles techniques. Le Pérou a une grande histoire, une très belle gastronomie et surtout une chef au talent indéniable.

 
  • Cebiche de pescado or mixto (poisson frais ou fruits de mer marinés au jus de citron vert)
  • Tiradito de pescado al rocoto (sashimi de poisson au piment péruvien « Rocoto »)
  • Lomo saltado (filet de bœuf argentin émincé, flambé, pommes de terre)
  • Seco de cordero (agneau mariné dans une préparation andine à base de coriandre)
  • Carrilleras pachamanqueras (joues de veau cuites sous vide, marinées aux herbes andines)
  • Aji de gallina (suprême de poulet à la crème de « piment jaune» et noix de pécan)
  • Dúo Clásico (dessert traditionnel à base de maïs violet et riz au lait)
  • Glace de Lúcuma (fruit exotique du Pérou)
50% sur l’addition pour une table de deux personnes lors de votre première visite (hors boisson).
A la réservation, veuillez mentionner votre adhésion à Eat the World.

Aux Vieux-Chênes, Genève


121, route de Presinge  |  1243 Presinge
022 759 12 07
Site web

Né en 1965 à Veyrier, Eric Dubrit grandit dans une famille qui travaille déjà pour les plaisirs de la bouche. Son Papa, René, était en effet boucher-charcutier de métier. Les saucissons suspendus, l’odeur des pâtés en croûte et la vision des entrecôtes persillées donneront certainement plus tard quelques idées au petit Eric.

L’histoire de l’Auberge des Vieux-Chênes remonte à l’année 1970 lorsque René et Josiane Dubrit saisissent l’opportunité de reprendre l’auberge campagnarde de Presinge. A cette époque, son papa propose une cuisine de terroir qu’il maîtrise aisément eu égard à sa profession d’origine. Le succès est immédiat. Pendant ce temps, Eric décide de suivre un apprentissage d’hôtelier-restaurateur qui durera 3 ans et passera ensuite sa licence de cafetier en 1983.

Eric effectue alors plusieurs expériences comme chef de cuisine dans plusieurs établissements et part voyager à travers le monde pour revenir en 1990 aider son papa à l’auberge familial. Les voyages constituent pour Eric une source de liberté et d’ouverture indispensable.

Eric reprend les rênes de l’auberge en 1997 au décès de son papa et devient le chef de cuisine. Il apporte alors une nouvelle touche dans sa cuisine du terroir avec une finesse supplémentaire. Lorsque Eric a quelques minutes après le service, il plonge son nez dans des livres de cuisines pour déceler de nouvelles techniques.

Plutôt d’une caractère réservé, sa force intérieure s’exprime dans sa détermination à donner le meilleur de lui-même pour chacun de ses convies. Ses maîtres cuisiniers qui sont Girardet, Bras, Chevrier et Violier ne seraient pas en reste devant la cuisine de ce quinquagénaire talentueux.

 

Les hôtes sont accueillis dans un cadre bucolique du petit village de Presinge à une dizaine de kilomètre de Genève. La patronne Josiane reçoit les clients avec son sourire et sa bonne humeur. Le personnel de salle est prévenant et très sympathique. L'établissement se compose d'un coin bistrot charmant d’époque, d'une belle salle à manger et d’une magnifique terrasse d’été.

La carte du restaurant est réellement alléchante. Le Chef Eric Dubrit aime mettre en avant des légumes anciens oubliés et les poissons lac Léman. L’Auberge a reçu récemment le label "Ambassadeur du Terroir genevois" qui distingue les restaurateurs qui travaillent principalement avec les produits du terroir genevois.

L’Auberge des Vieux-Chênes est d’ailleurs un des rares restaurant genevois où l’on trouve une longeole réalisée maison, de la souris d'agneau confite au citron ou le ris de veau divin à vocation gastronomique ceci dans un cadre campagnard et presque familial.

Une très belle adresse à vivre personnellement et recommander vivement.

  • Terrine de campagne à l’Absinthe
  • Terrine de foies de volaille aux cornes d’Abondance
  • Milieux d’os à moelle grillés
  • Noix de ris de veau poêlées
  • Côte de porc en marcassin
  • Longeole (fabrication maison)
  • Carré d’agneau rôti au thym
  • Tarte normande
  • Feuilleté aux petits fruits

50% sur l’addition pour une table de deux personnes lors de votre première visite (hors boisson).

A la réservation, veuillez mentionner votre adhésion à Eat the World.

La Baguette d’Or, Chine


Avenue Henry-Dunant 15  |  1205 Genève
022 329 71 60
Site web

Le Chef, Li Yaguang, est originaire de la région de Canton de Guangzhou dans le sud-est de la Chine. La cuisine de cette région est plutôt douce contrairement à la cuisine du nord du Sichuan beaucoup plus épicée.

Le Chef de la Baguette d’Or maîtrise parfaitement les deux types de cuisines.  La directrice de l’établissement, Madame Lijuan Ruan, est originaire du Hangzhou à l’est près de Shanghai.  Perfectionniste et attentionnée, cette dernière arrive en Suisse en 1996 pour suivre ses études à l’école hôtelière de Crans Montana.

Madame Lijuan Ruan reprend en 2013 le restaurant de la Baguette d’or et ressent une fierté non dissimulée de représenter son pays d’origine la Chine à Genève.

Lorsque vous poussez les portes, les parfums délicats en provenance de la cuisine vous transportent instantanément en Chine. Vous êtes alors accueillis par le sourire de Madame Ruan et une table dressée avec le plus grand soin vous attend.

La Baguette d'Or propose une gastronomie originaire du Canton et de la région du Sichuan.  Tous les plats sont préparés maison et à la minute. Cela leur confèrent une saveurs et un goût explosif et d'une finesse incomparable.

Les nappes blanches et les serviettes couleur crème se marient parfaitement bien avec les  boiseries foncées et parées d'or. La Baguette d'Or vous offre une expérience unique en Chine dans un cadre intimiste. Bon voyage!

  • Canard laqué à la Pékinoise
  • Les boulettes aux crevettes
  • Les raviolis au bœuf
  • Le poulet dans son nid
  • Le filet de boeuf à la sauce Yussian
  • Le bœuf croustillant et piquant
  • Le bœuf Sichuan
  • Les crevettes baguette d'or
50% sur l’addition pour une table de deux personnes lors de votre première visite (hors boisson).
A la réservation, veuillez mentionner votre adhésion à Eat the World.